Programme juin 2017

  

Casino Vence

La Coupole
La Gaude

ET LES MISTRALS GAGNANTS - de Anne-Dauphine Julliand - 2017 - France - 1h19
Critiques : 1 2 3

 

CINECHANGE

Le film est sous-titré pour les personnes sourdes et malentendantes

Avec la participation plusieurs médecins et en partenariat avec les associations JALMALV Côte d'Azur (Jusqu'A La Mort Accompagner La Vie) et Rencontres Africaines

-o-o- jeudi 1er
juin à 19h30

Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont entre six et neuf ans. Ils vivent dans l'instant. Avec humour et surtout l'énergie optimiste de l'enfance, ils nous prennent par la main, nous entraînent dans leur monde et nous font partager leurs jeux, leurs joies, leurs rires, leurs rêves, leur maladie.  Avec beaucoup de sérénité et d'amour ces cinq petits bouts d'Homme nous montrent le chemin du bonheur. Un film à hauteur d'enfant, sur la vie tout simplement....

« [...] le film résout également le problème d'atteinte à la dignité et empêche toute sentiment de pitié malvenu chez le spectateur, privilégiant l'attachement. Le malade est une individu à part entière, pas seulement défini par le mauvais sort qui s'acharne sur lui mais par son caractère, par ses interactions sociales, ses passions... C'est un film qui tend l'oreille vers son individualité plutôt que sa souffrance, sans l'omettre pour autant.» par Manon Franken - Cinephilia
   

GLORY - de Kristina Grozeva, Petar Valchanov - 2017 - Bulgarie, Grèce - 1h41 - VOSTF (bulgare)
Valence 2017 : 3 Prix
Dublin 2017 : Prix du Meilleur Scénario
Les Arcs 2016 : 2 Prix
Gijon 2016 (Espagne) : 3 Prix
Arras 2016 : Grand Prix du Jury
Gand 2016 : Mention Spéciale du Jury
Hampton 2016 (USA) : Meilleur Film de Fiction
Golden Rose 2016 (Bulgarie) : 3 Prix
Aventura 2016 (Croatie) : 2 Prix
Skopje 2016 (Grèce) : Meilleur Film
Critiques : 1 2 3

dimanche 4 à 19h

et

mardi 6 mai à
18h30

-o-o-

Tsanko, un cantonnier d'une cinquantaine d'années, trouve des billets de banque sur la voie ferrée qu'il est chargé d'entretenir. Plutôt que de les garder, l'honnête homme préfère les rendre à l'Etat qui en signe de reconnaissance organise une cérémonie en son honneur et lui offre une montre... qui ne fonctionne pas...

« Après "The Lesson", Kristina Grozeva et Petar Valchanov reviennent en force avec une nouvelle parabole à l'ironie mordante, qui prend des allures de manifeste anticorruption. » par Alexis Duval – Les Fiches du Cinéma

« Les deux Bulgares ont l'humour rosse et le vitriol particulièrement efficace. Ils ont, visiblement, des comptes à régler avec leur pays, héritier d'une longue histoire de passivité [...]. Mais leur propos dépasse la Bulgarie : c'est le récit logique et fatal d'un cave qui, soudain, se rebiffe. D'un mouton enragé. » par Pierre Murat - Télérama
   
 

LA COLERE D'UN HOMME PATIENT (TARDE PARA LA IRA) - de Raül Arévalo - 2017 - Espagne - 1h32 - VOSTF (espagnol)
GOYA 2017 - Meilleur film, meilleure réalisation, meilleur scénario original
Critiques : 1 2 3

 

PREMIER LONG METRAGE

Interdit aux moins de 12 ans

-o-o- lundi 5
17h30 et 21h00

Un homme attend huit ans pour se venger d'un crime que tout le monde a oublié... 

«  Un thriller westernien hors du commun, et d'une maîtrise de la mise en scène étonnante, sans esbroufe, mais efficace, qui emporte l'adhésion. » par Jacky Bornet – Culturebox

« Le film ordonne ainsi une ahurissante escalade de séquences punitives. Dévoyées de leurs enjeux habituels, d'une fureur dilatée, atroce et bizarre, elles rappellent la violence surréaliste accolée à certains grands noms (les Coen, Peckinpah), mais contenue (et c'est aussi à cela que tient son charme) dans un thriller brut et sans prétention. » par Emily Barnett – Les Inrockuptibles

   
 

ADIEU MANDALAY (ZAI JIAN WA CHENG) - de Midi Z - 2017 - Birmanie - 1h48 - VOSTF (birman)
Amiens 2016 : Licorne d'Or – Grand Prix du Long métrage
Critiques : 1 2 3

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

N.B. Horaire du dimanche avancé, en raison des élections

dimanche 11 à 17h30

et

mardi 13 à
18h30

-o-o-

Liangqing et Guo, jeunes birmans, émigrent clandestinement en Thaïlande. Liangqing trouve un emploi de plonge dans un restaurant de Bangkok, Guo est embauché dans une usine textile. Sans papiers, leur quotidien est plus que précaire et si Guo veut gagner assez d'argent pour retourner en Birmanie, Liangqing est prête à tout pour obtenir un visa de travail et échapper à sa condition... 

« Le réalisme n'est pourtant qu'un ¬aspect de ce beau film, calme et maî¬trisé, discrètement romanesque et ouvertement tragique. Il s'agit, avant tout, de l'imbrication fatale entre le destin commun des clandestins et une histoire d'amour particulière. » par Louis Guichard – Télérama

« Midi Z a acquis une maturité de style qui laisse poindre l'émotion avec délicatesse [...]. » par Vincent Malausa – Cahiers du Cinéma

   

 

Pas de programmation Culture & Cinéma

- à La Gaude : les lundis 12 et 19 juin (congés annuels)

 

   
 

HAIR - de Milos Forman - 1979 - Etats-Unis - 2h01 - VOSTF (anglais)
Critiques : 1 

 

EN PRELUDE A LA FETE DE LA MUSIQUE
VERSION RESTAURE - 2017

N.B. Horaire avancé, en raison des élections

dimanche 18 à 17h30

Séance unique
-o-o-

Le jeune et naïf Claude, croyant en Dieu, fils d'un fermier patriote de province, visite New York avant d'être incorporé comme militaire et partir pour la guerre du Vietnam. En chemin, il se retrouve au milieu d'un happening de hippies dans Central Park et tombe immédiatement sous le charme de la belle Sheila...

« Une œuvre à la fois lumineuse et tragique, qui revisite l'insouciance et l'utopie hippies dans le contexte politique du Viêt Nam. Des décennies après, la flamme de "Hair" ne cesse de nous éclairer... » par Frédéric Mignard – àVoir àLire

« Plus qu'un film politique, "Hair" est aussi et avant tout une magnifique comédie musicale que l'on peut voir et revoir pour la qualité de ses chansons et de ses chorégraphies, que tout le monde connaît et reprends en cœur. » par Rémy Margage – Abus de Ciné

   

 

L'OPERA - de Jean-Stéphane Bron - 2017 - Suisse, France - 1h58
Valenciennes 2017 - Sélection Officielle 
Critiques : 1 2

 

EN PRELUDE A LA FETE DE LA MUSIQUE

mardi 20 à
21h00

Séance unique

 

Une saison dans les coulisses de L'Opéra de Paris. Passant de la danse à la musique, tour à tour ironique, léger et cruel, l'Opéra met en scène des passions humaines, et raconte des tranches de vie, au cœur d'une des plus prestigieuses institutions lyriques du monde... 

« "L'Opéra", c'est du grand cinéma parce que tout en imprimant son regard subjectif et ses choix de montage subtils, Bron a préservé la part pleinement vivante de l'organisme humain qui palpitait devant lui. » par Serge Kaganski – Les Inrockuptibles

« Un film rythmé, tour à tour ironique, grave ou léger. » par Marie Toutée – Les Fiches du Cinéma

   

Du dimanche 25 au mercredi 28 - Fête du Cinéma

   
 

EMILY DICKINSON, A QUIET PASSION (A QUIET PASSION) - de Terence Davies - 2017 - Royaume-Uni, Belgique - 2h04 - VOSTF (anglais)
Berlin 2016 - Sélection Officielle
Critiques : 1 2 3

 

FETE DU CINEMA

dimanche 25 à 19h

et

mardi 27 à 18h30

-o-o-

Nouvelle-Angleterre, XIXe siècle. Dans son pensionnat de jeunes filles de bonne famille, la jeune Emily Dickinson ne cesse de se rebeller contre les discours évangéliques qui y sont professés. Passionnée de poésie, Emily écrit nuit et jour dans l'espoir d'être publiée... Personnage mystérieux devenu mythique, Emily Dickinson est considérée comme l'un des plus grands poètes américains...

« Le cinéaste Terence Davies propose un récit sensible et bouleversant de la vie de la poétesse américaine. » par Thomas Sotinel – Le Monde

« Derrière ses beaux décors et ses beaux costumes, le film a pour lui de ne pas chercher à plaire [...] et de n'épargner ni son personnage ni son spectateur dans sa recherche de vérité. » par Nicolas Azalbert – Cahiers du Cinéma

   
 

ET AU MILIEU COULE UNE RIVIERE (A RIVER RUNS THROUGH IT) - de Robert Redford- 1993 - Etats-Unis - 2h03 - VOSTF (anglais)
Oscar 1993 de la Meilleure photo
Critiques : 1 

 

FETE DU CINEMA  - VERSION RESTAUREE - 2017

-o-o- 

lundi 26
18h00

Séance unique

L'histoire de deux frères, Norman et Paul Maclean, élevés au début du siècle sous le signe de la religion presbytérienne et de la pêche à la mouche, deux disciplines d'une égale rigueur qui façonneront leur vision du monde...

« Le rire, les larmes, l'amour de la nature et celui de la poésie, c'est tout cela qui a composé la vie de la famille Maclean. » par Claude-Marie Trémois - Télérama

« Avec cette chronique paisible et élégiaque, Robert Redford signe un classique instantané et révèle en même temps Brad Pitt. Une œuvre magistrale en état de grâce. » par Virgile Dumez – àVoir àLire

   
 

RETOUR A MONTAUK (RETURN TO MONTAUK) - de Volker Schlöndorff - 2017 - Allemagne, France, Irlande - 1h46 - VOSTF (anglais, allemand)
Berlin 2017 - Sélection Officielle
Critiques : 1 

 

FETE DU CINEMA

-o-o-

lundi 26
à 21h15

Séance unique

Il y a un amour dans la vie, que tu n'oublies jamais, peu importe à quel point tu essaies. L'écrivain Max Zorn arrive à New York pour promouvoir son dernier roman. Sa jeune femme Clara l'a précédé de quelques mois pour contribuer à la parution du livre aux Etats-Unis. Dans son roman, Max raconte l'échec d'une passion dans cette ville, il y a 17 ans. Presque par hasard, il revoit Rebecca, la femme en question. Originaire d'Allemagne de l'Est, elle est devenue entre temps une brillante avocate et vit depuis 20 ans à New York. Ils décident de passer encore une fois un weekend ensemble. C'est l'hiver à Montauk, le petit village de pêcheurs au bout de Long Island. Deux transats vides, face à l'océan. Ils attendent deux personnes qui s'étaient perdues pendant très longtemps. Maintenant ils reviennent à Montauk, plein d'espoir et de regrets sur une vie commune manquée...

« L'histoire d'un amour vieux de vingt ans qui remonte soudainement à la surface, et qui pose une question essentielle : qu'est-ce qui est vraiment important dans la vie d'une personne ? » par Sven Waskönig - Arte

« Pour rendre hommage à son ami l'écrivain Max Frisch, le grand cinéaste quitte à vrai dire tous ses sentiers habituels, délaissant le genre historico-politico-moral où il excelle pour un récit américain tout à fait contemporain adapté de la nouvelle "Montauk". » par Bénédicte Prot - Cineuropa

   

icone-pdf

Programme mai 2017

  

Casino Vence

La Coupole
La Gaude

FELICITE - de Alain Gomis - 2017 - France - 2h03
Berlin 2017 - Grand Prix du jury (Ours d'Argent)
Critiques : 1 2 3

dimanche 30 à 19h

et

mardi 2 mai à
18h30

-o-o-

Félicité, libre et fière, est chanteuse le soir dans un bar de Kinshasa. Sa vie bascule quand son fils de 14 ans est victime d'un accident de moto. Pour le sauver, elle se lance dans une course effrénée à travers les rues d'une Kinshasa électrique, un monde de musique et de rêves. Ses chemins croisent ceux de Tabu...

« Le film est une plongée hypnotique dans un pays dur et violent où la musique (répétitive, excitante, hallucinatoire) berce les âmes, les secoue, les agite les unes contre les autres. » par Jean-Baptiste Morain – Les Inrocks

« Voilà un portrait complexe et inédit qui bouleverse. » par Nicolas Bardot – Film de Culte
   

 

Pas de programmation Culture & Cinéma

- à La Gaude : le lundi 1er mai

 

   
 

20TH CENTURY WOMEN - de Mike Mills - 2017 - Etats-Unis - 1h58 - VOSTF (anglais)
Critiques : 1 2 3

 

N.B. Horaire du dimanche avancé, en raison des élections présidentielles

dimanche 7 à 17h30
(horaire avancé)

et

mardi 9 à
18h30

-o-o-

Santa Barbara, été 1979. L'époque est marquée par la contestation et d'importants changements culturels. Dorothea Fields, la cinquantaine, élève seule son fils Jamie. Elle décide de faire appel à deux jeunes femmes pour que le garçon, aujourd'hui adolescent, s'ouvre à d'autres regards sur le monde : Abbie, artiste punk à l'esprit frondeur qui habite chez Dorothea, et sa voisine Julie, 17 ans, aussi futée qu'insoumise... 

« Mike Mills affine encore son art d'agencer l'historique et l'intime, la fiction et les images d'archives (fugitives) [...] Mais c'est d'abord un magnifique portrait de femme. » par Louis Guichard - Télérama

« A la fois féministe et libérée, la nouvelle réalisation de Mike Mills est particulièrement réussie ! » par Louise-Camille Bouttier – Rolling Stone

   
 

CESSEZ LE FEU - de Emmanuel Courcol - 2017 - Belgique, France - 1h43
Locarno 2016 - Sélection Officielle
Angoulême 2016 - Sélection Officielle
Critiques : 1 2 

 

PREMIER LONG METRAGE

 -o-o- lundi 8
17h30 et 21h00

1923. Georges, héros de 14 fuyant son passé, mène depuis quatre ans une vie nomade et aventureuse en Afrique lorsqu'il décide de rentrer en France. Il y retrouve sa mère et son frère Marcel, invalide de guerre muré dans le silence. Peinant à retrouver une place dans cet Après-guerre où la vie a continué sans lui, il fait la rencontre d'Hélène, professeure de langue des signes avec qui il noue une relation tourmentée...

« "Cessez-le feu" bénéficie d'une très belle écriture, des mains d'Emmanuel Courcol lui-même, avec un sujet fort et captivant. » par Antoine Corte – Bulles de Culture

« Emmanuel Courcol ne se contente pas de nous offrir un regard élégant et sobre sur une période douloureuse de notre histoire. Il dresse aussi le tableau précis d'une époque contrastée, magnifiée par les éclairages de Tom Stern » par Claudine Levanneur – aVoir - aLire

   
  THE LOST CITY OF Z - de James Gray - 2017 - Etats-Unis - 2h20 - VOSTF (anglais)
Critiques : 1 2 3 

dimanche 14 à 19h

et

mardi 16 à
18h00
(horaire avancé)

-o-o-

L'histoire vraie de Percival Harrison Fawcett, un des plus grands explorateurs du XXe siècle.
Percy Fawcett est un colonel britannique reconnu et un mari aimant. En 1906, alors qu'il s'apprête à devenir père, la Société géographique royale d'Angleterre lui propose de partir en Amazonie afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Sur place, l'homme se prend de passion pour l'exploration et découvre des traces de ce qu'il pense être une cité perdue très ancienne. De retour en Angleterre, Fawcett n'a de cesse de penser à cette mystérieuse civilisation, tiraillé entre son amour pour sa famille et sa soif d'exploration et de gloire...

« [...] une odyssée généreuse, où les rêves enfantins, confrontés à la réalité, dérivent vers une apothéose inattendue. Une splendeur. » par Marcos Uzal - Libération

« L'aventure telle qu'on ne pensait plus la retrouver sur un écran de cinéma. » par Fausto Fasulo – Mad Movies

   
 

JE DANSERAI SI JE VEUX (BAR BAHAR) - de Maysaloun Hamoud - 2017 - Palestine, Israël, France - 1h36 - VOSTF (hébreu, arabe)
Annonay 2017 - Prix du Jury, Prix du Public
Haïfa 2016 - Prix du Public, Meilleur Premier Film, Prix d'Interprétation à Sana Jammelieh, Mouna Hawa, Shaden Kanboura
San Sebastien 2016 - Prix Sebastiane, Prix l'Autre Regard, Prix de la Jeunesse
Critiques : 1 2  

 

PREMIER LONG METRAGE

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

-o-o-  lundi 15
17h30 et 21h00

Layla, Salma et Nour, 3 jeunes femmes palestiniennes, partagent un appartement à Tel Aviv, loin du carcan de leurs villes d'origine et à l'abri des regards réprobateurs. Mais le chemin vers la liberté est jalonné d'épreuves...

« Un vent de liberté souffle et c'est un vrai coup de cœur pour ces trois femmes puissantes ! » par Florence Ben Sadoun - Elle

« Son film [JE DANSERAI SI JE VEUX] dégage une énergie et un humour qui atténuent la gravité du propos. » par Alexandra Schwartzbrod – Libération

   
 

CORPORATE - de Nicolas Silhol - 2017 - France - 1h35
Critiques : 1 2 3

 

PREMIER LONG METRAGE

dimanche 21 à 19h

et

mardi 23 à 18h30

-o-o-

Emilie Tesson-Hansen est une jeune et brillante responsable des Ressources Humaines, une « killeuse ». Suite à un drame dans son entreprise, une enquête est ouverte. Elle se retrouve en première ligne. Elle doit faire face à la pression de l'inspectrice du travail, mais aussi à sa hiérarchie qui menace de se retourner contre elle. Emilie est bien décidée à sauver sa peau. Jusqu'où restera-t-elle corporate ?

« Très beau film sur le monde du travail; sur les monstres qu'il crée dès lors qu'il est dédié au seul profit, à la froideur du chiffre. Il se regarde comme un thriller. » par Sigolène Vinson – Charlie Hebdo

« Ce premier long métrage pointe avec force les stratégies froides et délétères qui dévoient la gestion des ressources humaines sans considération pour l'être humain. » par Arnaud Schwartz – La Croix

   
 

DJANGO - de Etienne Comar - 2017 - France - 1h55
Berlin 2017 - Film d'ouverture
Critiques : 1 2 

 

PREMIER LONG METRAGE

 -o-o- lundi 22
17h30 et 21h00

En 1943 pendant l'occupation allemande, le tsigane Django Reinhardt, véritable "guitare héros", est au sommet de son art. Chaque soir il fait vibrer le tout Paris aux Folies Bergères avec sa musique swing alors qu'en Europe, ses frères sont pourchassés et massacrés. Lorsque la propagande allemande veut l'envoyer à Berlin pour une série de concerts, il sent le danger et décide de s'évader en Suisse aidé par une de ses admiratrices, Louise de Klerk. Pour passer, il se rend à Thonon-les-Bains, sur les bords du lac Léman, avec sa femme enceinte, Naguine et sa mère Negros. Mais l'évasion est plus compliquée que prévue, Django et ses proches se retrouvent plongés dans la guerre. Pendant cette période dramatique, il n'en demeure pas moins un musicien exceptionnel qui résiste avec sa musique, son humour, et qui cherche à approcher la perfection musicale...

« Reda Kateb [...] est impressionnant de présence, de charisme, même et surtout quand il ne fait rien. Toute l'histoire des Tziganes passe sur son visage grêlé, il est sublime à lui tout seul. » par Jean-Baptiste Morain – Les Inrocks

« L'intelligence du script tient dans le refus de rendre héroïque la figure du génie, qui devient presque un résistant malgré lui... » par Yannick Vely – Paris Match

   
  APRES LA TEMPETE (UMI YORI MO MADA FUKAKU) - de Hirokazu Kore-Eda - 2017 - Japon - 1h58 - VOSTF (japonais)
Cannes 2016 - Un Certain Regard
Critiques : 1 2 3 4

dimanche 28 à 19h

et

mardi 30 à
18h30

-o-o-

Malgré un début de carrière d'écrivain prometteur, Ryota accumule les désillusions. Divorcé de Kyoko, il gaspille le peu d'argent que lui rapporte son travail de détective privé en jouant aux courses, jusqu'à ne plus pouvoir payer la pension alimentaire de son fils de 11 ans, Shingo. A présent, Ryota tente de regagner la confiance des siens et de se faire une place dans la vie de son fils. Cela semble bien mal parti jusqu'au jour où un typhon contraint toute la famille à passer une nuit ensemble...

« « Dans la section cannoise Un certain regard, le Japonais troque avec bonheur sa douce tendresse contre une amertume épurée. » par Mathieu Macheret – Le Monde

« Kore-Eda signe une parenthèse enchantée, aux multiples couleurs et tonalités, prenant le temps d'installer chaque élément de sa trame narrative pour transformer cette nuit mouvementée en un grand moment de Cinéma. » par Christophe Brangé – Abus de Ciné

   
  DE TOUTES MES FORCES - de Chad Chenouga - 2017 - France - 1h38
Valenciennes 2017 : Prix de la Critique – Prix de la Meilleure interprétation masculine – Prix des Etudiants
Critiques : 1 2
-o-o- lundi 29
17h30 et 21h00

Nassim est en première dans un grand lycée parisien et semble aussi insouciant que ses copains. Personne ne se doute qu'en réalité, il vient de perdre sa mère et rentre chaque soir dans un foyer. Malgré la bienveillance de la directrice, il refuse d'être assimilé aux jeunes de ce centre. Tel un funambule, Nassim navigue entre ses deux vies, qui ne doivent à aucun prix se rencontrer...

« La conclusion de cette histoire [...] est nuancée et un brin douce-amère. C'est également pour cela que le film tend à être crédible. La critique sociale de "De toutes mes forces" et sa moralité sont d'autant plus impactant. » par Aymeric Dugenie – Retro HD

   
 

ET LES MISTRALS GAGNANTS - de Anne-Dauphine Julliand - 2017 - France - 1h19
Critiques : 1 2 3

 

CINECHANGE

Le film est sous-titré pour les personnes sourdes et malentendantes

Avec la participation plusieurs médecins et en partenariat avec les associations JALMALV Côte d'Azur (Jusqu'A La Mort Accompagner La Vie) et Rencontres Africaines

-o-o-  jeudi 1er
juin à 19h30

Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont entre six et neuf ans. Ils vivent dans l'instant. Avec humour et surtout l'énergie optimiste de l'enfance, ils nous prennent par la main, nous entraînent dans leur monde et nous font partager leurs jeux, leurs joies, leurs rires, leurs rêves, leur maladie.  Avec beaucoup de sérénité et d'amour ces cinq petits bouts d'Homme nous montrent le chemin du bonheur. Un film à hauteur d'enfant, sur la vie tout simplement....

« [...] le film résout également le problème d'atteinte à la dignité et empêche toute sentiment de pitié malvenu chez le spectateur, privilégiant l'attachement. Le malade est une individu à part entière, pas seulement défini par le mauvais sort qui s'acharne sur lui mais par son caractère, par ses interactions sociales, ses passions... C'est un film qui tend l'oreille vers son individualité plutôt que sa souffrance, sans l'omettre pour autant.» par Manon Franken - Cinephilia

   

icone-pdf

Programme avril 2017

  

 

Casino
Vence

La Coupole
La Gaude

LES FLEURS BLEUES (POWIDOKI) - de Andrzej Wajda - 2017 - Pologne - 1h38 - VOSTF (polonais)
Critiques : 1 2 3 4 

dimanche 2 à 19h

et

mardi 4 à
18h30

-o-o-
Dans la Pologne d'après-guerre, le célèbre peintre Wladyslaw Strzeminski, figure majeure de l'avant-garde, enseigne à l'École Nationale des Beaux-Arts de Lodz. Contrairement à la plupart des autres artistes, il ne veut pas se conformer aux exigences du Parti. Expulsé de l'université, rayé du syndicat des artistes, il subit, malgré le soutien de ses étudiants, l'acharnement des autorités qui veulent le faire disparaître et détruire toutes ses œuvres...

« L'ultime chef-d'œuvre de Wajda : un testament magnifique et poignant. » par Christian Berger – Les Fiches du Cinéma

« De superbes plans émaillent ce drame de facture classique, d'autant plus pertinent qu'il résonne avec notre époque. » par Laurent Dijan – Studio Ciné Live

   
 

LE SECRET DE LA CHAMBRE NOIRE - de Kiyoshi Kurosawa - 2017 - France, Belgique, Japon - 2h11 - (français)
Critiques : 1 2 3 4

-o-o- 

lundi 3
17h30 et 21h00

Stéphane, ancien photographe de mode, vit seul avec sa fille qu'il retient auprès de lui dans leur propriété de banlieue. Chaque jour, elle devient son modèle pour de longues séances de pose devant l'objectif, toujours plus éprouvantes...

« Grâce à son mystère, le nouveau film fantastique, très réussi, de Kiyoshi Kurosawa devient une grande tragédie romantique. » par Samuel Douhaire - Télérama

« Atmosphérique et lumineux, entre Poe, Barthes et "Vertigo", "Le Secret de la chambre noire" est l'un des plus beaux films de fantômes qu'on ait vus depuis bien longtemps. » par Juliette Goffart – Critikat

   
 

NOCES - de Stephan Streker - 2017 - Belgique, Luxembourg, Pakistan, France - 1h38 - VOSTF (français, urdu)
Pessac 2016 - Prix du Jury Etudiant
Arte Mare Bastia 2016 - Prix du Public, Prix des Lycéens
Critiques : 1 2 3

dimanche 9 à 19h

et

mardi 11 à
18h30

 
-o-o- 

Zahira, belgo-pakistanaise de dix-huit ans, est très proche de chacun des membres de sa famille jusqu'au jour où on lui impose un mariage traditionnel. Ecartelée entre les exigences de ses parents, son mode de vie occidental et ses aspirations de liberté, la jeune fille compte sur l'aide de son grand frère et confident, Amir...

« La force de "Noces" est de respecter le ressenti de tous, sans juger ni condamner. On en sort profondément troublé. » par Laurence Defranoux - Libération

« Le réalisateur ne juge pas : chacun a ses raisons et personne n'est vraiment un salaud dans ce film subtil, délicat, superbement éclairé. » par Guillemette Odicino - Télérama

   
 

PARIS PIEDS NUS (LOST IN PARIS) - de Fiona Gordon et Dominique Abel - 2017 - Belgique, France - 1h23
Critiques : 1 2 3 

 

Le dernier film d'Emmanuelle Riva

-o-o-  lundi 10
17h30 et 21h00 

Fiona, bibliothécaire canadienne, débarque à Paris pour venir en aide à sa vieille tante en détresse. Mais Fiona se perd et tante Martha a disparu. C'est le début d'une course-poursuite dans Paris à laquelle s'invite Dom, SDF égoïste, aussi séducteur que collant..

« Le retour inattendu du duo irrésistible de "L'iceberg" et "La Fée" dans un Paris décalé, magnifié par le génie burlesque des cousins de Jacques Tati. » par Frédéric Mignard – A Voir à Lire

« Une gourmandise où s'harmonisent subtilement le léger et le grave, le doux et l'acidulé. » par Xavier Leherpeur – La Septième Obsession

   
 

FENCES - de Denzel Washington - 2017 - France - 2h19
Oscars 2017 : Oscar de la Meilleure actrice dans un second rôle à Viola Davis
Batfa 2017 : Prix de la Meilleure actrice dans un second rôle à Viola Davis
Screen Actors Guild 2017 : Prix du Meilleur acteur à Denzel Washington et Prix de la Meilleure actrice dans un second rôle à Viola Davis
Golden Globes 2017 : Prix de la Meilleure actrice dans un second rôle à Viola Davis
Critiques : 1 2

dimanche 16 à 19h

et

mardi 18 à
18h30

 -o-o-

Troy Maxson aspirait à devenir sportif professionnel mais il a dû renoncer et se résigner à devenir employé municipal pour faire vivre sa femme et son fils. Son rêve déchu continue à le ronger de l'intérieur et l'équilibre fragile de sa famille va être mis en péril par un choix lourd de conséquences...

« "Fences" s'inspire d'une pièce de théâtre. Mais les duettistes Denzel Washington et Viola Davis sont époustouflants. » par Sandra Benedetti – l'Express

« Un texte important, des acteurs investis, dont Viola Davis, magistrale... » par Isabelle Danel – Les Fiches du Cinéma

   

 

Pas de programmation Culture & Cinéma (congés scolaires)

- à La Gaude : le lundi 17 avril (lundi de Pâques)

 

   
 

LA CONFESSION - de Nicolas Boukhrief - 2017 - France - 1h56
Critiques : 1 2 3 

 

N.B. Horaire du dimanche avancé, en raison des élections présidentielles

 

dimanche 23 à 17h30
(horaire avancé)

et

mardi 25 à
18h30

-o-o-

Sous l'Occupation allemande, dans une petite ville française, l'arrivée d'un nouveau prêtre suscite l'intérêt de toutes les femmes... Barny, jeune femme communiste et athée, ne saurait cependant être plus indifférente. Poussée par la curiosité, la jeune sceptique se rend à l'église dans le but de défier cet abbé : Léon Morin...

« "La Confession" ravive la fibre éternelle des beaux mélos : la découverte de l'amour comme une révolution. » par Alex Masson – Cinéma Teaser

« Nicolas Boukhrief a réussi à filmer ce qui est infilmable : l'amour absolu, débarrassé de tout ce qui l'encombre, l'abîme et le condamne. » par Jérôme Garcin – Le Nouvel Observateur

   

ORPHELINE - de Arnaud des Pallières - 2017 - France - 1h51
Cannes 2016 - Sélection Officielle
Golden Globes 2016 - Sélection Officielle
Critiques : 1 2 3 

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

-o-o lundi 24
17h30 et 21h00

Portrait d'une femme à quatre âges de sa vie. Petite fille de la campagne, prise dans une tragique partie de cache-cache. Adolescente ballottée de fugue en fugue, d'homme en homme, puisque tout vaut mieux que le triste foyer familial. Jeune provinciale qui monte à Paris et frôle la catastrophe. Femme accomplie enfin, qui se croyait à l'abri de son passé. Quatre actrices différentes incarnent une seule et même héroïne...

« Un portrait de femme d'une grande acuité, nourri d'un réalisme social et psychologique pénétrant, amplifié par une mise en scène intense et charnelle… » par Fabien Lemercier - Cineuropa

   

LA VALLEE DES LOUPS - de Jean-Michel Bertrand - 2016 - France - 1h30
Sarlat 2016 - Prix du Jury jeunes
Critiques : 1 2 3 4 5

 

CINECHANGE

En présence du réalisateur Jean-Michel Bertrand

vendredi 28
18h30

Séance unique

jeudi 27
19h30

Séance unique

Il existe encore aujourd'hui en France des territoires secrets. Ce film est une quête personnelle, l'histoire d'un pari fou tenté par un passionné rêveur, un anti héros capable de briser toutes les barrières pour parvenir à son but : rencontrer des loups sauvages dans leur milieu naturel...

« On s'est habitué à découvrir au cinéma de beaux documentaires sur la vie sauvage. Celui-ci se distingue. C'est l'histoire d'une obsession magnifique. » par Frédéric Strauss - Télérama

« Comme il ne se passe rien, tout peut arriver, et cela compose un incroyable suspense tandis que le spectateur se sent pousser des ailes. Splendide. » par Anne Crignon – Le Nouvel Observateur

   
 

FELICITE - de Alain Gomis - 2017 - France - 2h03
Berlin 2017 - Grand Prix du jury (Ours d'Argent)
Critiques : 1 2 3

dimanche 30 à 19h

et

mardi 2 mai à
18h30

-o-o-

 

Félicité, libre et fière, est chanteuse le soir dans un bar de Kinshasa. Sa vie bascule quand son fils de 14 ans est victime d'un accident de moto. Pour le sauver, elle se lance dans une course effrénée à travers les rues d'une Kinshasa électrique, un monde de musique et de rêves. Ses chemins croisent ceux de Tabu...

« Le film est une plongée hypnotique dans un pays dur et violent où la musique (répétitive, excitante, hallucinatoire) berce les âmes, les secoue, les agite les unes contre les autres. » par Jean-Baptiste Morain – Les Inrocks

« Voilà un portrait complexe et inédit qui bouleverse. » par Nicolas Bardot – Film de Culte

   

 

Pas de programmation Culture & Cinéma

- à La Gaude : le lundi 1er mai

 

   

icone-pdf

Programme mars 2017

  

 

Casino
Vence

La Coupole
La Gaude

AMERICAN HONEY - de Andrea Arnold - 2016 - Royaume-Uni, Etats-Unis - 2h44 - VOSTF (anglais)
Cannes 2016 - Sélection Officielle- Prix du Jury - Prix du Jury Œcuménique - Mention Spéciale
BAFTA (British Academy Film Awards) 2017: Sélection officielle
Critiques : 1 2 3 4 

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

dimanche 5 à 19h

et

mardi 7 à
18h

-o-o-
Star, 17 ans, croise le chemin de Jake et sa bande. Sillonant le midwest à bord d'un van, ils vivent de vente en porte à porte. En rupture totale avec sa famille, elle s'embarque dans l'aventure. Ce roadtrip, ponctué de rencontres, fêtes et arnaques lui apporte ce qu'elle cherche depuis toujours: la liberté ! Jusqu'à ce qu'elle tombe amoureuse de Jake, aussi charismatique que dangereux...

« La vraie beauté d'un cinéma au présent. » par Frédéric Mercier - Transfuge

« Un voyage sombre et ensorcelant, que l'on traverse en état de transe.» par Alexandre Jourdain – A Voir à Lire

   
 

LION - de Garth Davis - 2016 - Etats-Unis, Australie, Royaume-Uni - 2h09 - VOSTF (anglais)
Critiques : 1 2 3

 

PREMIER LONG METRAGE

-o-o- 

lundi 6
17h30 et 21h00

A 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l'Inde qui l'emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Après des mois d'errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d'Australiens. 25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs il regarde des photos satellites sur Google Earth, dans l'espoir de reconnaître son village. Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d'un milliard d'habitants ?

« Garth Davis filme avec délicatesse et poésie les aventures de son jeune héros en n'en retenant que le meilleur.» par Claudine Levanneur - A Voir à Lire

   
 

LE PARC - de Damien Manivel - 2016 - France - 1h12
Cannes 2016 - Sélection ACID
Belfort 2016 - Grand Prix Janine Bazin
Amiens 2016 - Prix d'interprétation masculine à Maxime Bachellerie
Critiques : 1 2 3

dimanche 12 à 19h

et

mardi 14 à
18h30

 
-o-o- 

C'est l'été, deux adolescents ont leur premier rendez-vous dans un parc. D'abord hésitants et timides, ils se rapprochent au gré de la promenade et tombent amoureux. Vient le soir, l'heure de se séparer... C'est le début d'une nuit sombre...

« Le jeune cinéaste émerveille avec son deuxième long-métrage. » par Isabelle Regnier – le Monde

« Rien n'est en trop, rien ne manque : le film est une épure d'une heure et quart. Mine de rien, sous son apparence minimaliste et sans jamais sortir de ce parc, il nous emmène très loin.» par Claire Micallef – La Septième Obsession

   
 

PAULA - de Christian Schwochow - 2016 - Allemagne, France - 2h03 - VOSTF (allemand)
Locarno 2016 : Sélection Avant-premières
Critiques : 1 

-o-o-  lundi 13
17h30 et 21h00 

1900, Nord de l'Allemagne. Paula Becker a 24 ans et veut la liberté, la gloire, le droit de jouir de son corps, et peindre avant tout. Malgré l'amour et l'admiration de son mari, le peintre Otto Modersohn, le manque de reconnaissance la pousse à tout quitter pour Paris, la ville des artistes..

«...le réalisateur Christian Schwochow insuffle [...] de la vie dans ce portrait d'une artiste pour laquelle il a une passion, qu'il sait nous transmettre. » par Frédéric Strauss - Télérama

« Un film magnifique, ode à la femme libre, espiègle, qui relate l'existence d'une pionnière de l'art moderne. » par Daniel Burg – A Voir à Lire

   

 

5e Festival - TOUTE LA MEMOIRE DU MONDE - CINEMATHEQUE FRANCAISE
Edition "HORS LES MURS" - AFCAE - ADRC

La Gaude - Cinéma La Coupole

Du vendredi 17 au lundi 20 mars - 4 films cultes en version restaurée

 

   
 

LE VOLEUR - de Louis Malle - 1966 - France, Italie - 2h02 - Version restaurée par Gaumont au laboratoire Eclair

 

Festival TOUTE LA MEMOIRE DU MONDE

-o-o-  vendredi17
17h30 

Dépouillé par un oncle peu scrupuleux, Georges Rendal devient voleur, d'abord par vengeance, puis par conviction. C'est sans états d'âme qu'il saccage les propriétés qu'il pille...

 

   
  GREMLINS - de Joe Dante - 1983 - Etats-Unis - 1h44 - VF
Version numérisée par Warner Bros
A partir de 10 ans

 

Festival TOUTE LA MEMOIRE DU MONDE

 -o-o- samedi 18
17h30 

Un adolescent se voit offrir une étrange créature qui peut engendrer les terrifiants Gremlins...

 

   
  LA NUIT DU CHASSEUR (THE NIGHT OF THE HUNTER) - de Charles Laughton - 1954 - Etats-Unis - 1h33 - VOSTF (anglais)
Restauré par UCLA Film and Television Archive's de la révélation

 

Festival TOUTE LA MEMOIRE DU MONDE

-o-o-  dimanche 19
19h30 

Après un court séjour en prison, Harry Powell, un prédicateur dévoyé, part à la recherche du magot que son ex-partenaire de cellule a caché. Il se rapproche de la veuve de celui-ci et de ses deux enfants...

 

   
  SEPT ANS DE REFLEXION (THE SEVEN YEAR ITCH) - de Billy Wilder - 1955 - Etats-Unis - 1h45 - VOSTF (anglais)
Numérisation 2K par Hollywood Classics

 

Festival TOUTE LA MEMOIRE DU MONDE

-o-o-  lundi 20
21h00 

Sa famille partie en vacances, Richard Sherman, père de famille bien tranquille, se retrouve seul dans son appartement new-yorkais. La présence de sa ravissante voisine ne tarde pas à l'obséder...

 

   
  CERTAINES FEMMES (CERTAIN WOMEN) - de Kelly Reichardt - 2016 - Etats-Unis - 1h47 - VOSTF (anglais)
Deauville 2016 : Prix Kiehl's de la révélation
Critiques : 1 2 3 
 -o-o-

lundi 20
17h30

Séance unique

Quatre femmes font face aux circonstances et aux challenges de leurs vies respectives dans une petite ville du Montana, chacune s'efforçant à sa façon de s'accomplir...

« Malgré (ou plutôt "grâce à") sa sobriété sans compromis, "Certaines Femmes" est peut-être bien le film le plus émouvant de son auteure. » par Gregory Coutaut – Film de Culte

« Par la beauté sereine de sa mise en scène, le quotidien le plus trivial devient bouleversant.» par Yannick Vely – Paris Match 
   
 

LUMIERE ! L'AVENTURE COMMENCE - de Thierry Frémaux - 2017 - France - 1h30
Cannes 2016 : Sélection Cannes Classics
Toronto 2016 : Sélection Avant-premières
Critiques : 1 2

 

Attention : horaire modifié en raison de l'Assemblée Générale qui a lieu à 20h

mardi 21 à
21h15
 -o-o-

En 1895, les frères Lumière inventent le Cinématographe et tournent les tout-premiers films de l'histoire du cinéma. Mise en scène, travelling, trucage ou remake, ils inventent aussi l'art de filmer...

« Un complet ravissement » par Thomas Baurez – Studio Ciné live

« Le spectacle est éblouissant. On a l'impression d'ouvrir une malle aux trésors pleine de surprises amusantes, émouvantes, captivantes. » par Marie-Noëlle Tranchant – Le Figaro

   
  LOVING - de Jeff Nichols - 2016 - Etats-Unis, Royaume-Uni - 2h03 - VOSTF (anglais)
Cannes 2016 - Sélection Officielle
Golden Globes 2016 - Sélection Officielle
Critiques : 1 2 3 4 5
 

dimanche 26 à 19h

et

mardi 28 à
18h30

-o-o- 

Mildred et Richard Loving s'aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu'il est blanc et qu'elle est noire dans l'Amérique ségrégationniste de 1958. L'État de Virginie où les Loving ont décidé de s'installer les poursuit en justice...

« Rarement a-t-on la sensation aussi indéniable et déchirante d'avoir vu un grand film. » par Aurélien Allin – Cinéma Teaser

« Avec "Loving", Jeff Nichols atteint sa pleine maturité. Et donne un film d'amour subtilement maîtrisé sur les vieux démons américains. » par Frédéric Mercier - Transfuge

   
 

CITOYEN D'HONNEUR (EL CIUDADANO ILUSTRE) - de Mariano Cohn et Gaston Duprat - 2016 - Argentine - 1h57 - VOSTF (espagnol)
Venise 2016 - Coupe Volpi de la Meilleure Interprétation Masculine à Oscar Martinez
Goya 2017 - Goya du meilleur Film Etranger en langue espagnole
Critiques : 1 2 3

 -o-o- 

lundi 29
17h30 et 21h00

 

L'Argentin Daniel Mantovani, Prix Nobel de littérature, vit en Europe depuis plus de trente ans. Alors qu'il refuse systématiquement les multiples sollicitations dont il est l'objet, il décide d'accepter l'invitation reçue de sa petite ville natale qui souhaite le faire citoyen d'honneur...

« Une comédie cynique sur les affres de la célébrité, doublée d'une féroce satire sociale, observant avec beaucoup d'ironie l'état d'un pays portant encore les stigmates de la dictature. » par Boustoune – Angles[s] de vue 

« Une comédie réjouissante, portée par un acteur formidable, qui devrait sans nul doute illuminer vos semaines... » par Olivier Bachelard – Abus de Ciné

   

icone-pdf

Programme TOUTE LA MEMOIRE DU MONDE

Programme février 2017

  

 

Casino
Vence

La Coupole
La Gaude

DIAMOND ISLAND - de Davy Chou - 2016 - France, Cambodge, Allemagne, Qatar, Thaïlande - 1h39 - VOSTF (khmer)
Cannes 2016 - Semaine Internationale de la Critique - Prix SACD
Critiques : 1 2 3

dimanche 5 à 19h

et

mardi 7 à
18h30

-o-o-
Diamond Island est une île sur les rives de Phnom Penh transformée par des promoteurs immobiliers pour en faire le symbole du Cambodge du futur, un paradis ultra-moderne pour les riches. C'est là que Bora, 18 ans, se lie d'amitié avec d'autres ouvriers de son âge, jusqu'à ce qu'il retrouve son frère aîné, Solei, disparu 5 ans plus tôt, et découvre un monde excitant, celui d'une jeunesse urbaine et favorisée, ses filles, ses nuits et ses illusions...

« Si le contexte socio-politique assure de solides fondations à son film, Davy Chou s'en élève avec une facilité incroyable pour aller tutoyer des sommets de poésie électrique et de mélancolie insidieuse. » par Serge Kaganski – Les Inrockuptibles

« Entre ivresse et spleen, réussites et rendez-vous manqués, Davy Chou sait représenter le temps qui passe trop vite ou pas assez pour une jeunesse qui a déjà le sentiment de vieillir. » par Jacques Morice - Télérama

   
 

PRIMAIRE - de Hélène Angel - 2016 - France - 1h45
Critiques : 1 2 3

 

lundi 6
17h30 et 21h00

Florence est une professeure des écoles dévouée à ses élèves. Quand elle rencontre le petit Sacha, un enfant en difficulté, elle va tout faire pour le sauver, quitte à délaisser sa vie de mère, de femme et même remettre en cause sa vocation. Florence va réaliser peu à peu qu'il n'y a pas d'âge pour apprendre...

«Des éclats de rire de la classe, aux débats de la salle des profs : tout sonne juste. Joyeuse rentrée ! » par Valérie Beck – Femme Actuelle

« Un film qui rend heureux et donne de l'espoir, on prend. » par Jérôme Garcin – Le Nouvel Observateur

   
 

NERUDA - de Pablo Larrain - 2016 - Chili, Argentine, France, Espagne - 1h48 - VOSTF (espagnol, français)
Cannes 2016 - Quinzaine des Réalisateurs
Critiques : 1 2 3

dimanche 12 à 19h

et

mardi 14 à
18h30

 
-o-o- 

1948, la Guerre Froide s'est propagée jusqu'au Chili. Au Congrès, le sénateur Pablo Neruda critique ouvertement le gouvernement. Le président Videla demande alors sa destitution et confie au redoutable inspecteur Peluchonneau le soin de procéder à l'arrestation du poète. Neruda « joue » avec l'inspecteur, et voit l'occasion de se réinventer et de devenir à la fois un symbole pour la liberté et une légende littéraire...

« Par l'auteur de "No", un road-movie policier fascinant, troublant : une œuvre d'art total, qui interroge l'homme - et le poète - Neruda. » par Gilles Tourman – Les Fiches du Cinéma

« Hors des sentiers du biopic classique, le futur Nobel Pablo Neruda devient le héros d'une formidable course-poursuite dans le Chili de la dictature... » par Victoria Gairin – Le Point

   
 

JACKIE - de Pablo Larrain - 2016 - Etats-Unis - 1h40 - VOSTF (anglais)
Venise 2016 - Osella du Meilleur Scénario
Toronto 2016 - Prix Platform
Critiques : 1 2 3 

  lundi 13
17h30 et 21h00 

22 Novembre 1963 : John F. Kennedy, 35e président des États-Unis, est assassiné à Dallas. Confrontée à la violence de son deuil, Jacqueline Bouvier Kennedy, First Lady admirée pour son élégance et sa culture, tente d'en surmonter le traumatisme, décidée à mettre en lumière l'héritage politique du président et à célébrer l'homme qu'il fut...

« [...] pour son premier film en langue anglaise, Pablo Larraín confirme qu'il est un des cinéastes politiques les plus prodigieux de sa génération. » par Guy Lodge – Variety

« Le portrait d'une figure célèbre de la sphère politique traité de manière humaine par Pablo Larraín, qui s'intéresse davantage aux émotions ressenties par la Première dame qu'aux événements historiques tragiques dans lesquels elle est plongée. » par Jessica Kiang – The Playlist

   
 

HARMONIUM (FUCHI NI TATSU) - de Koji Fukada - 2016 - Japon - 1h58 - VOSTF (japonais)
Cannes 2016 - Un Certain Regard - Prix du Jury
Critiques : 1 2 3 4

dimanche 19 à 19h

et

mardi 21 à
18h30

 
-o-o- 

Dans une banlieue japonaise, Toshio et sa femme Akié mènent une vie en apparence paisible avec leur fille. Un ancien ami de Toshio, juste sorti de prison, se présente à son atelier. Toshio lui offre emploi et logis. Mais peu à peu, il s'immisce dans la vie familiale, apprend l'harmonium à la fillette, et se rapproche doucement d'Akié...

« "Harmonium" est remarquable par les choix de mise en scène de Fukada. » par Jean-François Rauger – Le Monde

« Le montage manie l'ellipse avec intelligence et parvient à débusquer les émotions au plus profond des êtres. Une réussite. » par Thomas Baurez – Studio Ciné Live

   

Pas de programmation Culture & Cinéma (congés scolaires)

- à La Gaude : le lundi 20 février

   
  LE DIVAN DE STALINE - de Fanny Ardant - 2016 - France, Portugal - 1h32
Critiques : 1 2
 

dimanche 26 à 19h

et

mardi 28 à
18h30

-o-o- 

Staline, accompagné de sa maîtresse Lidia, vient se reposer dans un château au milieu de la forêt. Dans le bureau où il dort, il y a un divan qui ressemble à celui de Freud. Il propose à Lidia de jouer au jeu de la psychanalyse, la nuit. Le jour, le jeune peintre Danilov, attend d'être reçu par Staline pour lui présenter le monument d'éternité qu'il a conçu à sa gloire. Un rapport trouble, dangereux et pervers se lie entre les trois...

« Ce que filme la réalisatrice, avec une sorte de panache, une audace inattendue, ce sont trois égarés qui, du plus puissant au plus lâche, cherchent en eux les traces d'un souffle depuis longtemps perdu, qu'ils ne retrouveront jamais. » par Pierre Murat - Télérama

« Quelque chose de l'âme russe, de la grande littérature, souffle. Ce film ambitieux joue habilement du réel et de l'imaginaire, de l'Histoire avec un grand H et du fantasme recréé avec élégance. » par Isabelle Danel – Bande à part

   
 

SILENCE - de Martin Scorsese - 2016 - Etats-Unis, Italie, Japon, Mexique - 2h41 - VOSTF (anglais, japonais)
Critiques : 1 2 3 4

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

 -o-o- 

lundi 29
17h30 et 21h00

 

XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira, disparu alors qu'il tentait de répandre les enseignements du catholicisme. Au terme d'un dangereux voyage, ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves...

« "Silence" est un film exigeant, qui impose au spectateur le lourd poids de ses interrogations mystiques, et ce, sans jamais devenir hermétique ou au contraire trop appuyé, effectuant par le fait-même un impressionnant tour de force. » par Félix Brassard - Kinephanos
« Le natif de Little Italy est sans aucun doute le dernier des grands maîtres du cinéma et c'est dans un "Silence" qu'il exprime tout son génie. Un chef-d'œuvre, tout simplement. » par Cinephilia

   

icone-pdf

Programme janvier 2017

  

 

Casino
Vence

La Coupole
La Gaude

Le cinéma La Coupole à La Gaude rouvre ses portes le mercredi 18 janvier avec une salle entièrement rénovée.

   

PREMIER CONTACT (ARRIVAL) - de Denis Villeneuve - 2016 - Etats-Unis - 1h56 - VOSTF (anglais)
Deauville 2016 - Hors Compétition - Premières
Critiques : 1 2 3 

 

dimanche 8 à 19h

et

mardi 10 à
18h30

-o-o-
Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l'espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d'experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions. Face à l'énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l'humanité se retrouve bientôt au bord d'une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n'ont que très peu de temps pour trouver des réponses...

« "Premier Contact" est un palindrome cinématographique, chose que l'on ne comprendra que plus tard, probablement comme mille autres choses imperceptibles dans cette œuvre de génie, dont la prodigieuse substance richissime se digère lentement, mais passionnément. Et tout ça sans jamais être prétentieux, sans jamais être assommant. Chapeau. » par Nicolas Rieux – Mondociné

« "Premier contact" (Arrival en VO) a mis tout le monde d'accord lors de sa projection à la Mostra de Venise. La presse américaine a été touchée par le dernier film en date de Denis Villeneuve, que Variety décrit comme "un solennel conte fantastique" "hypnotisant", faisant au passage l'éloge du réalisateur. » par François Léger - Première

   
 

MA'ROSA - de Brillante Mendoza - 2016 - Philippines - 1h50 - VOSTF (filipino)
Cannes 2016 - Prix d'Interprétation Féminine à Jaclyn Jose
Critiques : 1 2 3 4 

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

dimanche 15 à 19h

et

mardi 17 à
18h30

 
-o-o- 

Ma'Rosa a quatre enfants et tient une petite épicerie dans un quartier pauvre de Manille où tout le monde la connaît et l'apprécie. Pour joindre les deux bouts, elle et son mari y revendent illégalement des narcotiques. Un jour ils sont arrêtés. Face à des policiers corrompus, les enfants de Rosa feront tout pour racheter la liberté de leurs parents...

« [...]"Ma'Rosa" est un film saisissant et intense. » par Jean-Baptiste Morain – Les Inrockuptibles

« Le film trouve sa matière dans la rue, dans la nuit, dans la vitesse, ça court, ça gueule, ça grince, ça pleure, c'est impressionnant, et même de l'ordre du tour de force. L'intrigue et ses développements importent moins que cette matière en fusion qui, brassée sans relâche tout au long du film, produit un sentiment d'urgence et de vérité. » par Pascal Mérigeau – Le Nouvel Observateur

   

 

20e FESTIVAL CINEMA TELERAMA - DU 18 AU 24 JANVIER

- CINEMA LA COUPOLE - LA GAUDE

PROGRAMME COMPLET ET GRILLE HORAIRE 

 

   
 

WOLF AND SHEEP - de Shahrbanoo Sadat - 2016 - Afghanistan, Danemark, France, Suède - 1h26 - VOSTF (arabe, danois, français, suédois)
Cannes 2016 - Quinzaine des Réalisateurs - Quinzaine des Réalisateurs – Art Cinema Award
Critiques : 1 2 3 4

 

PREMIER LONG METRAGE

dimanche 22 à 19h

et

mardi 24 à
18h30

 
-o-o- 

Dans les montagnes d'Afghanistan, les enfants bergers obéissent aux règles : surveiller le troupeau et ne pas fréquenter le sexe opposé. Mais l'insouciance n'est jamais loin ; les légendes que racontent leurs aînés se mêlent à la vie, et éclairent les mystères de leur monde protégé – mais jusqu'à quand ?

« Exigeant et dépouillé, ce cinéma fascine par son honnêteté et son humilité.» par Ilan Malka - Transfuge

« Une chronique de vie juste, forte et déstabilisante, qui touche au plein cœur de son sujet. » par Arthur Champilou – aVoir-aLire

   
  SOUVENIR - de Bavo Defurne - 2016 - France - 1h30
Critiques : 1 2 3
 

dimanche 29 à 19h

et

mardi 31 à
18h30

-o-o- 

Une chanteuse oubliée, qui a autrefois participé à l'Eurovision, rencontre un jeune boxeur qui va la convaincre de tenter un come-back...

« Voir et écouter Isabelle Huppert chanter en robe de soirée dans une kermesse cycliste un après-midi vaut le détour. Bavo Defurne observe ses personnages avec bienveillance, sans jugement ni moquerie. Le rire qu'il provoque n'est jamais pathétique. » par Sylvie-Noëlle – le Blog du Cinéma

«Dans la même veine que le "Quand j'étais chanteur" de Xavier Giannoli, cette chronique sentimentale placée sous le signe de l'amour et de la musique se déguste délicieusement. » par Claude Levanneur – aVoir-aLire

   
 

CHANDA, UNE MERE INDIENNE (NIL BATTEY SANNATA) - de Ashwiny Iyer Tiwari - 2016 - Inde - 1h36 - VOSTF (hindi)
Cannes 2016 - Un Certain Regard - Prix de la mise en scène
Deauville 2016 - Prix du Jury – Prix du Public
Critiques : 1 2 3

 

PREMIER LONG METRAGE

 -o-o- 

lundi 30
17h30 et 21h00

 

Derrière le magnifique Taj Mahal se trouvent des habitations vétustes où vivent Chanda et sa fille Appu. Chanda est femme de ménage et rêve que sa fille fasse des études pour avoir une vie meilleure. Mais lorsque Appu lui annonce qu'elle veut quitter l'école pour devenir aussi femme de ménage, Chanda prend une décision surprenante...

En Inde, 38% des filles abandonnent l'école avant d'atteindre l'enseignement secondaire. Ashwiny Iyer Tiwari voudrait à son niveau éveiller les consciences sur ce problème et encourager les jeunes filles à rester scolarisées aussi longtemps que possible. Pour la réalisatrice, il s'agit d'un film d'espoir. Source AlloCiné

« Le thème de l'éducation, est [...] au cœur de ce film indien qui raconte sur un ton léger, l'étonnant combat d'une mère pour son autonomisation et pour l'éducation de sa fille. » par l'Union Française du Soroptimist International

« Certains enfants se passeraient bien d'aller à l'école. Le film "Chanda, une mère indienne" les fera peut-être changer d'avis. » par Le Quotidien des jeunes

   

icone-pdf

Festival Télérama 2017

20e FESTIVAL CINEMA TELERAMA - DU 18 AU 24 JANVIER 2017

- CINEMA LA COUPOLE - LA GAUDE

 

La Coupole
La Gaude 

C'est l'occasion de voir ou revoir les films qui ont marqué l'année passée.
Les meilleurs films sont reprogrammés par Culture & Cinéma, en partenariat avec le Cinéma La Coupole à La Gaude qui rouvre ses portes avec une salle entièrement rénovée...

 

La place est à 3,50 € sur présentation du "Pass" (valable pour 2 personnes) disponible dans les numéros de Télérama des 11 et 18 janvier 2017.

Si vous êtes abonné, vous pourrez offrir le pass AMI ==> détails sur le site Télérama

 

 

 

 

 

 GRILLE COMPLETE DES PROJECTIONS - LA COUPOLE
(cliquer pour une version imprimable)

 

 

 

 

 

 

AQUARIUS - de Kleber Mendonça Filho - 2016 - Brésil, France - 2h25 - VOSTF (portugais)
Cannes 2016 - Sélection Officielle
Critiques : 1 2 3 4 5 

 

 

Festival Télérama 2017

mercredi 18 à 21h00

 

lundi 23 à 15h00

Clara, la soixantaine, ancienne critique musicale, est née dans un milieu bourgeois de Recife, au Brésil. Elle vit dans un immeuble singulier, l'Aquarius construit dans les années 40, sur la très huppée Avenida Boa Viagem qui longe l'océan. Un important promoteur a racheté tous les appartements mais elle, se refuse à vendre le sien. Elle va rentrer en guerre froide avec la société immobilière qui la harcèle. Très perturbée par cette tension, elle repense à sa vie, son passé, ceux qu'elle aime...

« Instantané rageur du Brésil contemporain, chronique du temps qui passe, "Aquarius" est aussi un solaire portrait de femme, entièrement arrimé à l'impériale Sonia Braga qui, dans le rôle de Clara, (...) semble porter sur son visage toute l'intelligence du film et les destinées du pays. » par Elisabeth Franck-Dumas - Libération

« "Aquarius", œuvre immense, avance à pas feutrés, se donne des airs de telenovela, joue la carte de l'intime alors qu'elle raconte autant le destin de cette femme que celui du Brésil et notre époque.» par Nicolas Schaller – Le Nouvel Observateur 

 

 

 

DES HOMMES ET DES DIEUX de Xavier Beauvois - 2010 - France – 2h00 
Cannes 2010 - Grand Prix - Prix du Jury Œcuménique
Cesar 2011 - Meilleur film, Meilleur acteur dans un second rôle, Meilleure photo
Critiques : 1 2 3

 

 

Festival Télérama 2017
SPECIAL 20 ANS

 jeudi 19 à 19h00

Un monastère perché dans les montagnes du Maghreb, dans les années 1990. Huit moines chrétiens français vivent en harmonie avec leurs frères musulmans. Quand une équipe de travailleurs étrangers est massacrée par un groupe islamiste, la terreur s'installe dans la région. L'armée propose une protection aux moines, mais ceux-ci refusent. Doivent-ils partir ? Malgré les menaces grandissantes qui les entourent, la décision des moines de rester coûte que coûte, se concrétise jour après jour...

Ce film s'inspire librement de la vie des Moines Cisterciens de Tibhirine en Algérie de 1993 jusqu'à leur enlèvement en 1996.

« Calquant sa mise en scène sur le quotidien serein du dévouement monacal, Xavier Beauvois nous offre un portrait soigné de ce monde à part. Sa caméra s'attarde, contemplative, sur les moments de dévotion, de recueillement et d'échanges chaleureux avec un monde musulman dans lequel les moines sont parfaitement intégrés. Ici pas d'échanges passionnés, de débats, juste une perception objective de la vie de ces hommes d'église.» par Gaëlle Bouché – AbusDeCiné

 
 

L'ECONOMIE DU COUPLE - de Joachim Lafosse - 2016 - France - 1h41
Critiques : 1 2 3  

 

 

Festival Télérama 2017

 jeudi 19 à 17h00

 

dimanche 22 à 15h00

Après 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c'est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c'est lui qui l'a entièrement rénovée. A présent, ils sont obligés d'y cohabiter, Boris n'ayant pas les moyens de se reloger. A l'heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu'il juge avoir apporté...

« Une justesse d’écriture et de mise en scène qui est magnifiée par les deux principaux comédiens qui portent tout le film.... » par Mathieu Payan - Avoir Alire
  
 

ELLE - de Paul Verhoeven - 2016 - France, Allemagne - 2h10
Cannes 2016 - Sélection Officielle
Golden Globes 2017 - Meilleur film en langue étrangère - Meilleure actrice dans un drame pour Isabelle Huppert
Critiques : 1 2 3 4 

 

Interdit aux moins de 12 ans  

Festival Télérama 2017

samedi 21 à 17h30

 

mardi 24 à 15h00

Michèle fait partie de ces femmes que rien ne semble atteindre. À la tête d'une grande entreprise de jeux vidéo, elle gère ses affaires comme sa vie sentimentale : d'une main de fer. Sa vie bascule lorsqu'elle est agressée chez elle par un mystérieux inconnu. Inébranlable, Michèle se met à le traquer en retour. Un jeu étrange s'installe alors entre eux. Un jeu qui, à tout instant, peut dégénérer...

« La perversité élevée au rang de (grand) art. Un Verhoeven majeur en compétition à Cannes. Notre coup de cœur.»
Thierry Chèze – L'Express

  
 

FRANTZ - de François Ozon - 2016 - France, Allemagne - 1h54 - VOSTF (français, allemand)
Venise 2016 - Prix Marcello Mastroiani du meilleur jeune espoir
Critiques : 1 2   

 

 

Festival Télérama 2017

 mercredi 18 à 15h00

 

samedi 21 à 21h00

Au lendemain de la guerre 14-18, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un jeune Français, Adrien, est venu se recueillir sur la tombe de son ami allemand. Cette présence à la suite de la défaite allemande va provoquer des réactions passionnelles dans la ville.

« Multipliant les fausses pistes pour mieux revenir, infatigablement, sur le terrain classique du mélodrame, Frantz est sans doute le film français le plus surprenant de cette rentrée. [...] Pourtant, en faisant patiemment remonter Anna à la surface de sa petite passion d'après-guerre, Ozon dissipe subtilement le mystère : dans ce monde où elles n'existent qu'en pointillés, c'est bien sur les femmes que le film portait son regard depuis le début. » par Adrien Dénouette - Critikat

  
 

JUSTE LA FIN DU MONDE - de Xavier Dolan - 2016 - Canada, France - 1h35
Cannes 2016 - Sélection Officielle - Grand Prix - Prix du Jury Oecuménique
Critiques : 1 2 3 4

 

 

Festival Télérama 2017

vendredi 20 à 21h00

 

dimanche 22 à 17h30

Après douze ans d'absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine.
Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l'on se dit l'amour que l'on se porte à travers les éternelles querelles, et où l'on dit malgré nous les rancœurs qui parlent au nom du doute et de la solitude...

« Un huis clos familial d'une intensité magnifique » par Louis Guichard – Télérama

« La famille selon Xavier Dolan, une vision d'apocalypse » par Isabelle Regnier – Le Monde
  
 

LES OGRES - de Léa Fehner - 2016 - France - 1h24
Critiques : 1 2 

 

 

Festival Télérama 2017

mercredi 18 à 17h30

 

mardi 24 à 21h00

Ils vont de ville en ville, un chapiteau sur le dos, leur spectacle en bandoulière.
Dans nos vies ils apportent le rêve et le désordre.
Ce sont des ogres, des géants, ils en ont mangé du théâtre et des kilomètres.
Mais l'arrivée imminente d'un bébé et le retour d'une ancienne amante vont raviver des blessures que l'on croyait oubliées.
Alors que la fête commence !

« Une formidable plongée dans le milieu du théâtre itinérant.» Mathieu Payan – AbusdeCiné

  
 

MA VIE DE COURGETTE - de Claude Barras - 2016 - Suisse, France - 1h06
Cannes 2016 - Quinzaine des Réalisateurs
Annecy 2016 - Cristal du long métrage – Prix du Public
Angoulême 2016 - Sélection Officielle
Critiques : 1 2 3 4

 

 

Festival Télérama 2017

samedi 21 à 15h00

 

dimanche 22 à 10h30

Courgette n'a rien d'un légume, c'est un vaillant petit garçon. Il croit qu'il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c'est sans compter sur les rencontres qu'il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu'ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux...

« Présenté à la Quinzaine des réalisateurs, ce film restera dans les mémoires tant il suscite l'émotion. Plongée au cœur d'un foyer social, où, malgré les apparences, l'espoir n'est pas exclu.» par Guillemette Odicino – Télérama

« Véritable pépite, ce film tendre et bouleversant nous amène doucement, comme son petit bonhomme de 10 ans, à regarder la vie avec bonheur grâce à la solidarité et à l'amour.» par Valérie Beck
  
 

MOI, DANIEL BLAKE (I, DANIEL BLAKE) - de Ken Loach - 2016 - Royaume-Uni, France, Belgique - 1h41 - VOSTF (anglais)
Cannes 2016 - Palme d'Or - Prix du Jury Œcuménique (Mention Spéciale)
Critiques : 1 2 3 4

 

 

Festival Télérama 2017

jeudi 19 à 21h15

 

lundii 23 à 17h30

Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l'aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l'obligation d'une recherche d'emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d'accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d'accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d'aujourd'hui, Daniel et Katie vont tenter de s'entraider...

« le discours de fond n'est pas nouveau, mais Loach, avec son scénariste fétiche Paul Laverty apportent toujours moulte détails qui appuient là où ça fait mal [...] tout en usant d'un humour à froid devenu presque le symbole de ce droit à la dignité tant revendiqué par tous leurs personnages. Avec minutie, ils dessinent le portrait d'un homme pris au piège entre son désir de croire encore à la justice d'un système et la tentation due à une fatigue légitime, d'accepter les miettes qu'on lui donne» par Olivier Bachelard – AbusdeCiné

  
 

PATERSON - de Jim Jarmusch - 2016 - Etats-Unis - 1h55
Cannes 2016 - Sélection Officielle
Critiques : 1 2 3 4

 

 

Festival Télérama 2017

vendredi 20 à 15h00

 

dimanche 22 à 19h30

Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes - de William Carlos Williams à Allan Ginsberg aujourd'hui en décrépitude. Chauffeur de bus d'une trentaine d'années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas...

« Le nouveau poème visuel de Jim Jarmusch emprunte autant à la littérature qu'à l'extravagante comédie qu'est notre quotidien. Que de volupté dans ces tours et détours à Paterson » par Alexandre Jourdain – AVoirALire

« [...] le réalisateur américain Jim Jarmusch qui nous livre une balade délicate et fantaisiste sur le quotidien d'un conducteur de bus poète de Paterson. Un film sublime... » par Boris Courret - Culturebox.

  

PATIENTS - de Grand Corps Malade - 2017 - France - 1h24
Festival du Film de Sarlat 2016 - Salamandre d'Or Meilleur Film - Prix d'interprétation masculine - Prix des Lycéens
Critiques : 1 2 

 

AVANT-PREMIERE - Sortie prévue le 1er mars 2017

Festival Télérama 2017 
lundi 22 à 21h00 

Se laver, s'habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens.... Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s'engueuler, se séduire mais surtout trouver l'énergie pour réapprendre à vivre. "Patients" est l'histoire d'une renaissance, d'un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d'éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul...

  

VICTORIA - de Justine Triet - 2016 - France - 1h55
Cannes 2016 - Semaine Internationale de la Critique - Film d'ouverture
Critiques : 1 2 3

 

 

Festival Télérama 2017

 

vendredi 10 à 17h30

 

lundi 24 à 17h30 

Victoria Spick, avocate pénaliste en plein néant sentimental, débarque à un mariage où elle y retrouve son ami Vincent et Sam, un ex-dealer qu’elle a sorti d’affaire. Le lendemain, Vincent est accusé de tentative de meurtre par sa compagne. Seul témoin de la scène, le chien de la victime. 
Victoria accepte à contrecœur de défendre Vincent tandis qu'elle embauche Sam comme jeune homme au pair. Le début d’une série de cataclysmes pour Victoria...

« Une héroïne des temps modernes qui donne à Virginie Efira l'occasion de se glisser dans un rôle à son exacte mesure. Revigorant et burlesque [...] C'est finalement surtout à travers le jeu de ses interprètes qu'il conviendra de savourer au mieux cette comédie tragi-comique. Vincent Lacoste, (Sam) lutin lunaire au ton monocorde bien particulier, naïf mais plus mature qu'il n' en a l'air équilibre de son humour noir subtilement distillé la fragilité émouvante d'une Virginie/Victoria qui, sortie des comédies gentiment ronronnantes auxquelles elle nous avait habitués jusqu'alors, rayonne de naturel et tient là l'une des plus belles compositions de sa carrière » par Claudine Levanneur – AVoirALire